Cathojeunes
L'administrateur de ce forum propose la réouverture du forum pour le 15 août en le fête de Marie
Pour plus de détails, veuillez contacter l'administrateur de ce forum.













Cathojeunes

Lieu de partage et de réflexion pour les jeunes catholiques
 
AccueilPortailFAQS'enregistrerConnexion
Chapelle

ApparitionsMariales

Bible mp3

JesusMarie.com

Pensées du jour

Paroles Ste Thérèse

Pour Aujourd'hui

Saint du jour

Textes du jour

Psaume dans la ville

Liens Catholiques

Zenith

Mystères joyeux

Mystères lumineux

Mystères douloureux

Mystères glorieux

Rosaire Vidéos

Lourdes-Espérance

Laval - Fidélité

Lyon - R.C.F.

Québec-Sacré-Coeur

Québec-Radio Maria

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 6 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 6 Invités

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 45 le Mar 19 Aoû - 8:48

Partagez | 
 

 Carême 2015

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
jonathan
Administrateurs
Administrateurs
avatar

Date de naissance : 13/07/1944
Age : 73
Localisation : Aveyron / France

MessageSujet: Carême 2015   Mer 22 Fév - 15:33

Rappel du premier message :

Ce soir, j'avais prévu d'aller à la messe des Cendres. Mon curé et mes voisines (dont une infirmière) se sont ligués pour me l'interdire. Il est vrai que je ne suis pas très en forme. Je n'avais pas prévu de commencer le Carême de cette manière.





[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]  -   [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] -  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.puiseralasource.org

AuteurMessage
jonathan
Administrateurs
Administrateurs



MessageSujet: Re: Carême 2015   Mar 28 Fév - 15:24

Revenir en haut Aller en bas
http://www.puiseralasource.org
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Carême 2015   Sam 3 Mar - 16:46

Bonjour les amis,
Et si ce temps était aussi un moyen pour qu'on laisse le Bon Dieu s'occuper plus encore de nous,
enfin, que l'on s'abandonne encore plus en Lui.
Pas simple, mais au bout de quarante jours, on aura avancer ^^

Bon carême !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Carême 2015   Jeu 14 Fév - 22:21

N'oublions pas chers Amis'es que nous sommes en temps de Carême
Je viens de ressortir cette page pour permettre des échanges !!!
N'hésitez pas !!!


Revenir en haut Aller en bas
jonathan
Administrateurs
Administrateurs



MessageSujet: Carême 2013   Ven 15 Fév - 8:07

C'est vrai, du coup j'ai modifié le titre car nous sommes en 2013. Je ne me rappelais plus que lors du Carême 2012, j'étais malade. Pour ce carême 2013, je vous propose, pour ceux que cela intéresse, mon homélie du mercredi des Cendres : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Notre pape Benoît XVI a commenté cet évangile en disant qu'il ne fallait pas chercher l'approbation des hommes ni les applaudissements... Il a été longuement applaudi à la fin de la messe
Revenir en haut Aller en bas
http://www.puiseralasource.org
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Carême 2015   Ven 15 Fév - 13:22

Pour nous aider en ce carême des textes d'un Ami du net hélas décédé je crois mais qui me permettait de mettre ses textes sur mon site :
A Augustinius
Et pour moi
Les Saintes Plaies
Alpha Omega
Genèse I
Loi du talion
Arbre de Vie
Genèse VII
Mort et Résurrection
Baptème III
Immaculée Conception
Non paix mais glaive II
Blasphème
Jésus et la Samaritaine
Notre Regard
Chères Brebis
Jésus Unique Médiateur
Pardonner II
Communion des Saints
L'Enfer
Prières
Communion VI
La Bible II
Réflexions
Croire en Dieu
La Bible VIII
Saint François
Devinettes II
La Foi I
Shiva contre Jésus II
Devinettes VI
La Justification
Soumission
Dieu éprouve
La Rédemption
Vérités et Dogmes II
Dieu ses synonymes
Le Christ
Vertus II
Revenir en haut Aller en bas
christiane
Animateurs
Animateurs



MessageSujet: Re: Carême 2015   Sam 16 Fév - 5:30

Merci de tout coeur Renée[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
jonathan
Administrateurs
Administrateurs



MessageSujet: Re: Carême 2015   Dim 17 Fév - 9:01

Saisissons la grâce du Carême pour reconsidérer notre vie. Avec l'aide du Seigneur, comprenons que nous avons besoin d'être sauvés. Prenons le temps de nommer ce qui nous empêche de vivre selon l'Evangile et laissons le Seigneur nous guérir. (Prions en Eglise)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.puiseralasource.org
jonathan
Administrateurs
Administrateurs



MessageSujet: Témoignage des religieuses de Prailles   Dim 17 Fév - 14:58


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] par [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.puiseralasource.org
nihil
Amis'es
Amis'es



MessageSujet: Re: Carême 2015   Mer 20 Fév - 7:44

Merci les amis...

Et pour les liens Renée...

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Carême 2015   Mar 12 Mar - 8:51

Anniversaire du Décès du Cardinal Billé il y a 11 ans
jour du Conclave que je vois un beau clin d'oeil du ciel....
Merci notre Petit Prince dans la cohorte des Saints qui veille sur nous et Tous = Il faut le prier et Il vous éntendra...

Je remonte le message sur Carême


Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin
Admin



MessageSujet: Re: Carême 2015   Mar 24 Fév - 14:38

Reprenons le [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]  avec ce lien très sympathique de la petite Thérèse de Lisieux :

Revenir en haut Aller en bas
http://cathojeunes.forumgratuit.org
jonathan
Administrateurs
Administrateurs
avatar

Date de naissance : 13/07/1944
Age : 73
Localisation : Aveyron / France

MessageSujet: Re: Carême 2015   Mar 24 Fév - 14:51

Merci "Admin" pour ce rappel. Pour moi, le Carême c'est un peu comme le Printemps : on sème des graines et la pluie les fait pousser. Pendant le Carême, on sème les graines de l'amour qui est en Dieu et on s'efforce de les faire grandir


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]  -   [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] -  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.puiseralasource.org
Admin
Admin
Admin



MessageSujet: Re: Carême 2015   Sam 28 Fév - 15:05

Document - Le Pape François a rendu public ce mardi son message écrit pour le Carême 2015, intitulé « Tenez ferme » (Jc5,8).

« Chers frères et sœurs,

Le Carême est un temps de renouveau pour  l’Église, pour les communautés et pour chaque fidèle. Mais c’est surtout un « temps de grâce » (2 Co 6,2). Dieu ne nous demande rien qu’il ne nous ait donné auparavant : « Nous aimons parce que Dieu  lui-même nous a aimés le premier » (1 Jn4, 19). Il n’est pas indifférent à nous. Il porte chacun de nous dans son cœur, il nous connaît par notre nom, il prend soin de nous et il nous cherche quand nous l’abandonnons. Chacun de nous l’intéresse ; son amour l’empêche d’être indifférent à ce qui nous arrive. Mais il arrive que, quand nous allons bien et nous prenons nos aises, nous oublions sûrement de penser aux autres (ce que Dieu le Père ne fait  jamais), nous ne nous intéressons plus à leurs problèmes, à leurs souffrances et aux injustices qu’ils subissent… alors notre cœur tombe dans l’indifférence : alors que je vais relativement bien et que tout me réussit, j’oublie ceux qui ne vont pas bien. Cette attitude égoïste, d’indifférence, a pris aujourd’hui une dimension mondiale, au point que nous pouvons parler d’une mondialisation de l’indifférence. Il s’agit d’un malaise que, comme chrétiens, nous devons affronter.
Quand le peuple de Dieu se convertit à son amour, il trouve les réponses à ces questions que l’histoire lui pose continuellement. Un des défis les plus urgents sur lesquels je veux m’arrêter dans ce message, est celui de la mondialisation de l’indifférence. L’indifférence envers son prochain et envers Dieu est une tentation réelle même pour nous, chrétiens. C’est pour cela que nous avons besoin d’entendre, lors de chaque Carême, le cri des prophètes qui haussent la voix et qui nous réveillent. Dieu n’est pas indifférent au monde, mais il l’aime jusqu’à donner son Fils pour le salut de tout homme. À travers l’incarnation, la vie terrestre, la mort et la résurrection du Fils de Dieu, la porte entre Dieu et l’homme, entre le ciel et la terre, s’est définitivement ouverte. Et l’Église est comme la main qui maintient ouverte cette porte grâce à  la proclamation de la Parole, à la célébration des sacrements, au témoignage de la foi qui devient agissante dans l’amour (cf. Ga5,6). Toutefois, le monde tend à s’enfermer sur lui-même et à fermer cette porte par laquelle Dieu entre dans le monde et le monde en lui. Ainsi, la main, qui est l’Église, ne doit jamais être surprise si elle est repoussée, écrasée et blessée. C’est pourquoi, le peuple de Dieu a besoin de renouveau, pour ne pas devenir indifférent et se renfermer sur lui-même. Je voudrais vous proposer trois pistes à méditer pour ce renouveau.

1. « Si un seul membre souffre, tous les membres partagent sa souffrance » (1 Co12,26) – L’Église
La charité de Dieu qui rompt ce mortel enfermement sur soi-même qu’est l’indifférence, nous est offerte par l’Église dans son enseignement et, surtout, dans son témoignage. Cependant, on ne peut témoigner que de ce que l’on a éprouvé auparavant. Le chrétien est celui qui permet à Dieu de le revêtir de sa bonté et de sa miséricorde, de le revêtir du Christ, pour devenir comme lui, serviteur de Dieu et des hommes. La liturgie du Jeudi Saint, avec le rite du lavement des pieds, nous le rappelle bien. Pierre ne voulait pas que Jésus lui lave les pieds, mais il a ensuite compris que Jésus ne veut pas être seulement un exemple de la manière dont nous devons nous laver les pieds les uns les autres. Ce service ne peut être rendu que par celui qui s’est d’abord laissé laver les pieds par le Christ. Seul celui-là a « part » avec lui (Jn13,8) et peut ainsi servir l’homme. Le Carême est un temps propice pour nous laisser servir par le Christ et apprendre ainsi à servir comme lui. Cela advient lorsque nous écoutons la Parole de Dieu et recevons les sacrements, en particulier l’Eucharistie. En elle, nous devenons ce que nous recevons : le Corps du Christ. Grâce à ce corps, cette indifférence, qui semble prendre si souvent le pouvoir sur nos cœurs, ne trouve plus de place en nous. Puisque ceux qui sont du Christ appartiennent à l’unique Corps du Christ et en lui personne n’est indifférent à l’autre. « Si un seul membre souffre, tous les membres partagent sa souffrance ; si un membre est à l’honneur, tous partagent sa joie » (1 Co12,26).
L’Église est une communio sanctorum parce que les saints y prennent part, mais aussi parce qu’elle est communion de choses saintes : l’amour de Dieu révélé à nous dans le Christ ainsi que tous les dons divins. Parmi eux, il y a aussi la réponse de tous ceux qui se laissent atteindre par un tel amour. Dans cette communion des saints et dans cette participation aux choses saintes personne n’a rien en propre, et ce qu’il possède est pour tout le monde. Et puisque nous sommes liés en Dieu, nous pouvons faire quelque chose autant pour ceux qui sont loin, que pour ceux que nous ne pourrions jamais rejoindre par nos propres forces, puisque nous prions Dieu avec eux et pour eux, afin que nous nous ouvrions tous ensemble à son œuvre de salut.

2. « Où est ton frère ? » (Gn4,9) – Les paroisses et les communautés
Il est nécessaire de traduire tout l’enseignement de l’Église universelle dans la vie concrète des paroisses et des communautés chrétiennes. Réussit-on au cœur de ces réalités ecclésiales à faire l’expérience d’appartenir à un seul corps ? Un corps qui en même temps reçoit et partage tout ce que Dieu désire donner ? Un corps qui connaît et qui prend soin de ses membres les plus faibles, les plus pauvres et les plus petits ? Ou bien nous réfugions-nous dans un amour universel qui s’engage en faveur d’un monde lointain mais qui oublie le Lazare qui est assis devant sa propre porte fermée ? (cf. Lc16,19-31). Pour recevoir et faire  fructifier pleinement ce que Dieu nous donne, il faut dépasser les frontières de l’Église visible dans deux directions. D’une part, en nous unissant à l’Église du ciel dans la prière. Quand l’Église terrestre prie, s’instaure une communion de service réciproque et de bien qui parvient jusqu’en la présence de Dieu. Avec les saints qui ont trouvé leur plénitude en Dieu, nous faisons partie de cette communion dans laquelle l’indifférence est vaincue par l’amour.
L’Église du ciel n’est pas triomphante parce qu’elle a tourné le dos aux souffrances du monde et se réjouit toute seule. Au contraire, les saints peuvent déjà contempler et jouir du fait que, avec la mort et la résurrection de Jésus, ils ont vaincu définitivement l’indifférence, la dureté du cœur et la haine. Tant que cette victoire de l’amour ne pénètre pas le monde entier, les saints marchent avec nous qui sommes encore pèlerins. Sainte Thérèse de Lisieux, docteur de l’Église, convaincue que la joie dans le ciel par la victoire de l’amour crucifié n’est pas complète tant qu’un seul homme sur la terre souffre et gémit, écrivait : « Je compte bien ne pas rester inactive au Ciel, mon désir est de travailler encore pour l’Église et les âmes » (Lettre 254, 14  juillet 1897). Nous aussi, nous participons aux mérites et à la joie des saints et eux participent à notre lutte et à notre désir de paix et de réconciliation. Leur bonheur de jouir de la victoire du Christ ressuscité nous est un motif de force pour dépasser tant de formes d’indifférence et de dureté du cœur. D’autre part, chaque communauté chrétienne est appelée à franchir le seuil qui la met en relation avec la société qui l’entoure, avec les pauvres et ceux qui sont loin. L’Église est, par nature, missionnaire, et elle n’est pas repliée sur elle-même, mais envoyée à tous les hommes.
Cette mission est le témoignage patient de celui qui veut porter au Père toute la réalité humaine et chaque homme en particulier. La mission est ce que l’amour ne peut pas taire. L’Église suit Jésus Christ sur la route qui la conduit vers tout homme, jusqu’aux confins de la terre (cf. Ac1,8). Nous pouvons ainsi voir dans notre prochain le frère et la sœur pour lesquels le Christ est mort et ressuscité. Tout ce que nous avons reçu, nous l’avons reçu  aussi pour eux. Et pareillement, ce que ces frères possèdent est un don pour l’Église et pour l’humanité entière. Chers frères et sœurs, je désire tant que les lieux où se manifeste l’Église, en particulier nos paroisses et nos communautés, deviennent des îles de miséricorde au milieu de la mer de l’indifférence !
3. « Tenez ferme » (Jc5,8) – Chaque fidèle
Même en tant qu’individus nous sommes souvent tentés d’être indifférents à la misère des autres. Nous sommes saturés de nouvelles et d’images  bouleversantes qui nous racontent la souffrance humaine et nous sentons en même temps toute notre incapacité à intervenir. Que faire pour ne pas se laisser absorber par cette spirale de peur et d’impuissance ? Tout d’abord, nous pouvons prier dans la communion de l’Église terrestre et céleste. Ne négligeons pas la force de la prière de tant de personnes ! L’initiative 24 heures pour le Seigneur, qui, j’espère, aura lieu dans toute l’Église, même au niveau  diocésain, les 13 et 14 mars, veut montrer cette nécessité de la prière. Ensuite, nous pouvons aider par des gestes de charité, rejoignant aussi bien ceux qui sont proches que ceux qui sont loin, grâce aux nombreux organismes de charité de l’Église. Le Carême est un temps propice pour montrer cet intérêt envers l’autre par un signe, même petit, mais concret, de notre participation à notre humanité commune.
Enfin, la souffrance de l’autre constitue un appel à la conversion parce que le besoin du frère me rappelle la fragilité de ma vie, ma dépendance envers Dieu et mes frères. Si nous demandons humblement la grâce de Dieu et que nous acceptons les limites de nos possibilités, alors nous aurons confiance dans les possibilités infinies que l’amour de Dieu a en réserve. Et nous pourrons résister à la tentation diabolique qui nous fait croire que nous pouvons nous sauver et sauver le monde tout seuls.
Pour dépasser l’indifférence et nos prétentions de toute-puissance, je voudrais demander à tous de vivre ce temps de Carême comme un parcours de formation du cœur, comme l’a dit Benoît XVI  (cf. Lett. Enc. Deus caritas est, n. 31). Avoir un cœur miséricordieux ne veut pas dire avoir un  cœur faible. Celui qui veut être miséricordieux a besoin d’un cœur fort, solide, fermé au tentateur, mais ouvert à Dieu. Un cœur qui se laisse pénétrer par l’Esprit et porter sur les voies de l’amour qui conduisent à nos frères et à nos sœurs. Au fond, un cœur pauvre, qui connaisse en fait ses propres pauvretés et qui se dépense pour l’autre.
Pour cela, chers frères et sœurs, je désire prier avec vous le Christ en ce Carême : « Fac cor nostrum secundum cor tuum » : « Rends notre cœur semblable au tien » (Litanies du Sacré Cœur de  Jésus). Alors nous aurons un cœur fort et miséricordieux, vigilant et généreux, qui ne se laisse pas enfermer en lui-même et qui ne tombe pas dans le vertige de la mondialisation de l’indifférence. Avec ce souhait, je vous assure de ma prière afin que chaque croyant et chaque communauté ecclésiale parcourt avec fruit le chemin du Carême, et je vous demande de prier pour moi. Que le Seigneur vous bénisse et que la Vierge Marie vous garde.
Du Vatican, le 4 octobre 2014, Fête de saint François d’Assise
Revenir en haut Aller en bas
http://cathojeunes.forumgratuit.org
jonathan
Administrateurs
Administrateurs
avatar

Date de naissance : 13/07/1944
Age : 73
Localisation : Aveyron / France

MessageSujet: Re: Carême 2015   Sam 28 Fév - 15:22

Merci pour ce message. C'est un peu comme une bouteille jetée à la mer. Espérons qu'elle aboutira quelque part


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]  -   [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] -  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.puiseralasource.org
Admin
Admin
Admin



MessageSujet: Re: Carême 2015   Jeu 5 Mar - 18:10

Merci Père

Je reçois  ce texte sur mon téléphone comme tous les matins de notre bon Pape François à méditer

"Une civilisation sans place pour les personnes âgées porte le virus de la mort"

Catéchèse du 4 mars 2015 (traduction intégrale)



Rome, 4 mars 2015 ([Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien][Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] | 89 clics


« L’attention aux personnes âgées fait la différence d’une civilisation... Cette civilisation avancera si elle sait respecter la sagesse des anciens. Une civilisation où l’on ne donne pas de place aux personnes âgées (...) porte en elle le virus de la mort », prévient le pape François à l'audience générale de ce 4 mars 2015, place Saint-Pierre.


Après la figure de la mère, du père et des enfants, le pape a consacré sa sixième catéchèse sur la famille aux personnes âgées, « qui, dans le cadre familial, sont les grands-parents, les oncles et tantes ».
Catéchèse du pape François
Chers frères et sœurs, bonjour !
La catéchèse d’aujourd’hui et celle de mercredi prochain sont consacrées aux personnes âgées qui, dans le cadre familial, sont les grands-parents, les oncles et tantes. Aujourd’hui, nous réfléchissons sur la condition actuelle problématique des personnes âgées et la prochaine fois, c’est-à-dire mercredi prochain, plus positivement sur la vocation contenue dans cet état de vie.
Grâce aux progrès de la médecine, la vie s’est allongée ; mais la société ne s’est pas « élargie » à la vie ! Le nombre des personnes âgées s’est multiplié, mais nos sociétés ne se sont pas suffisamment organisées pour leur faire de la place, avec un juste respect et une considération concrète pour leur fragilité et leur dignité. Tant que nous sommes jeunes, nous avons tendance à ignorer la vieillesse, comme si c’était une maladie à tenir à distance ; puis, quand nous vieillissons, surtout si nous sommes pauvres, malades ou seuls, nous expérimentons les lacunes d’une société programmée sur l’efficacité qui, en conséquence ignore les personnes âgées. Or celles-ci sont une richesse, on ne peut pas les ignorer.
En visitant une maison de retraite, Benoît XVI a employé des mots clairs et prophétiques, il disait ceci : « La qualité d’une société, je dirais d’une civilisation, se juge aussi à la manière dont les personnes âgées sont traitées et à la place qui leur est réservée dans la vie commune » ([Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]). C’est vrai, l’attention aux personnes âgées fait la différence d’une civilisation. Dans une civilisation, existe-t-il une attention à la personne âgée ? Y a-t-il une place pour la personne âgée ? Cette civilisation avancera si elle sait respecter la sagesse, la sagesse des anciens. Dans une civilisation où l’on ne donne pas de place aux personnes âgées, où elles sont écartées parce qu’elles créent des problèmes, cette société porte en elle le virus de la mort.
En Occident, les chercheurs présentent le siècle actuel comme le siècle du vieillissement : les enfants diminuent, les vieux augmentent. Ce déséquilibre nous interpelle et c’est même un grand défi pour la société contemporaine. Et pourtant, une culture du profit persiste à faire apparaître les vieux comme un poids, des personnes inutiles. Non seulement ils ne produisent pas, pense cette culture, mais ils sont une charge : finalement, à quoi aboutit cette façon de penser ? On les met au rebut. C’est triste de voir des personnes âgées écartées, c’est triste, c’est dommage ! On n’ose pas le dire ouvertement, mais on le fait ! Il y a quelque chose de vil dans cette accoutumance à la culture du rebut. Mais nous sommes habitués à mettre les gens au rebut. Nous voulons supprimer notre peur croissante de la faiblesse et de la vulnérabilité ; mais en agissant ainsi, nous augmentons chez les personnes âgées l’angoisse d’être mal supportées et abandonnées.
Dans mon ministère à Buenos Aires, j’ai touché du doigt cette réalité avec ses problèmes : « Les personnes âgées sont abandonnées, et pas seulement à la précarité matérielle. Elles sont abandonnées par notre incapacité égoïste d’accepter leurs limites qui reflètent nos limites, dans les nombreuses difficultés qu’elles doivent aujourd’hui surmonter pour survivre dans une civilisation qui ne leur permet pas de participer, de donner leur avis, ni d’être des référents, selon le modèle consumériste du « seuls les jeunes peuvent être utiles et peuvent être heureux ». Ces personnes âgées devraient être au contraire, pour toute la société, la réserve de sagesse de notre peuple. Les personnes âgées sont la réserve de sagesse de notre peuple ! Avec quelle facilité la conscience s’endort-elle quand il n’y a pas d’amour ! » (Seul l'amour nous sauvera / Solo l’amore può salvare, Città del Vaticano, 2013, p. 83). Et c’est ce qui se produit. Je me souviens, quand je visitais les maisons de retraite, je parlais avec chacun et j’ai souvent entendu ceci : « - Comment allez-vous ? Et vos enfants ? – Bien, bien. – Combien en avez-vous ? – Beaucoup. – Et ils viennent vous rendre visite ? – Oui, oui, toujours, oui, ils viennent. – Quand sont-ils venus la dernière fois ? » Je me souviens d’une vieille dame qui m’a répondu : « Mais… à Noël ». Nous étions au mois d’août ! Huit mois sans visite de ses enfants, huit mois abandonnée ! Cela s’appelle un péché mortel ! Autrefois, quand j’étais enfant, ma grand-mère nous racontait l’histoire d’un vieux grand-père qui se salissait en mangeant parce qu’il n’arrivait pas bien à approcher de sa bouche la cuillère de soupe. Et son fils, c’est-à-dire le père de famille, avait décidé de ne plus le mettre à la table commune et il avait fabriqué une petite table dans la cuisine, où on ne le voyait pas, pour qu’il mange tout seul. De cette façon, il n’aurait pas honte quand des amis venaient pour le déjeuner ou le dîner. Quelques jours plus tard, en rentrant chez lui il trouve son plus jeune fils en train de jouer avec du bois, un marteau et des clous, et de faire quelque chose, et il lui dit : « Mais que fais-tu ? – Je fais une table, papa. – Une table, pourquoi ? – Pour l’avoir quand tu seras vieux, comme ça, tu pourras y manger. » Les enfants ont plus de conscience que nous !
Dans la tradition de l’Église, il existe un bagage de sagesse qui a toujours soutenu une culture de proximité des personnes âgées, une disposition à l’accompagnement affectueux et solidaire pendant cette dernière partie de la vie. Cette tradition est enracinée dans l’Écriture sainte, comme l’attestent par exemple ces expressions du Siracide : « Ne fuis pas la conversation des vieillards – eux-mêmes ont appris de leurs pères – car auprès d’eux tu acquerras l’intelligence et l’art de répondre en temps voulu. » (Si 8, 9)
L’Église ne peut ni ne veut se conformer à une mentalité d’intolérance, et encore moins d’indifférence et de mépris, vis-à-vis de la vieillesse. Nous devons réveiller le sens collectif de la gratitude, de l’appréciation, de l’hospitalité, qui font sentir à la personne âgée qu’elle est un membre vivant de sa communauté.
Les personnes âgées sont des hommes et des femmes, des pères et des mères qui ont été avant nous sur notre route, dans notre maison, dans notre bataille quotidienne pour une vie digne. Ce sont des hommes et des femmes de qui nous avons beaucoup reçu. La personne âgée n’est pas un étranger. La personne âgée, c’est nous : dans peu de temps, dans longtemps, mais c’est de toute manière inévitable, même si nous n’y pensons pas. Et si nous n’apprenons pas à bien traiter les personnes âgées, nous serons traités de la même façon.
Nous sommes tous un peu fragiles, les anciens. Mais certains sont particulièrement faibles, beaucoup sont seuls et marqués par la maladie. Certains dépendent de soins indispensables et de l’attention des autres. Allons-nous faire un pas en arrière sur ce point ? Allons-nous les abandonner à leur destin ? Une société sans proximité, où la gratuité et l’affection sans contrepartie – même entre étrangers – disparaissent, est une société pervertie. L’Église, fidèle à la Parole de Dieu, ne peut pas tolérer ces dérives. Une communauté chrétienne dans laquelle la proximité et la gratuité ne seraient plus considérées comme indispensables, perdrait son âme avec elles. Là où l’on n’honore pas les personnes âgées, il n’y a pas d’avenir pour les jeunes.
Traduction de Zenit, Constance Roques
( 4 mars 2015) © Innovative Media Inc.
Revenir en haut Aller en bas
http://cathojeunes.forumgratuit.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Carême 2015   

Revenir en haut Aller en bas
 
Carême 2015
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cathojeunes :: L'Eglise et moi :: Carême-
Sauter vers: