Cathojeunes
L'administrateur de ce forum propose la réouverture du forum pour le 15 août en le fête de Marie
Pour plus de détails, veuillez contacter l'administrateur de ce forum.













Cathojeunes

Lieu de partage et de réflexion pour les jeunes catholiques
 
AccueilPortailFAQS'enregistrerConnexion
Chapelle

ApparitionsMariales

Bible mp3

JesusMarie.com

Pensées du jour

Paroles Ste Thérèse

Pour Aujourd'hui

Saint du jour

Textes du jour

Psaume dans la ville

Liens Catholiques

Zenith

Mystères joyeux

Mystères lumineux

Mystères douloureux

Mystères glorieux

Rosaire Vidéos

Lourdes-Espérance

Laval - Fidélité

Lyon - R.C.F.

Québec-Sacré-Coeur

Québec-Radio Maria

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 2 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 2 Invités

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 45 le Mar 19 Aoû - 8:48

Partagez | 
 

 La crèche de Nina

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
kévinette
Animateurs
Animateurs
avatar

Date de naissance : 12/09/1971
Age : 46
Localisation : bourgogne

MessageSujet: La crèche de Nina   Ven 28 Nov - 16:01

Elles s’en vont, Ninon, Ninette, Nina, jupette rouge et bon­net pareil, six petits sabots cla­quant sur la terre gelée.
« Vite, vite, les sœu­rettes, car le jour baisse, dit Ninette, la plus sage.
– Vite, vite, répond Ninon, la plus ardente, car un grand tra­vail nous attend.
– Vite, vite, mur­mure Nina, la plus douce, car Mère a dit qu’on ne s’attarde pas. »
Et les six petits sabots mar­tèlent en chœur : « Vite, vite, vite, vite, les petites sœurs. »
Mais que c’est donc lourd, tout ce qu’elles portent, les sœu­rettes !… Et encom­brant, donc !… Elles en ont plein les poches, et plein le giron, dans les mains, dans les bras et jusque sous le men­ton… Il y a du gui, de la mousse, du houx, du lierre, de la paille, du foin et du sapin… À peine voit-​on, dans toute cette ver­dure, trois fri­mousses rondes et rouges comme des pommes d’api, éclai­rées de blanches que­nottes et de petits yeux de souris…
« Elle sera belle, notre crèche…
– Et grande, donc… avec un toit de paille cra­quante… et des nids de mousse dans le rocher ; un grand sapin der­rière, une touffe de houx sur le côté, du lierre qui grimpe jusqu’au toit…
– Et puis un râte­lier de car­ton pour l’âne de saint Joseph et le gros bœuf rouge et blanc…
– Ce sera beau
– Ce sera grand !…
– Jésus sera bien !… »
Sur les lèvres mouillées, trois sou­rires s’accentuent ; et les petits yeux noirs arrêtent un ins­tant leur danse scin­tillante pour fixer leur rêve…
« Hâtons-​nous, voyons, petites sœurs !… »
Or, les petits sabots, las de tout ce che­min – clac… clac… clac… – les petits sabots traînent un peu : les sœu­rettes sont fati­guées… Elles se sont donné tant de mal pour trou­ver toutes ces choses l’une après l’autre… Mais quel triomphe et quelle joie de les rap­por­ter ce soir… Clac, clac, clac, les petits sabots en reprennent de l’ardeur, et les menottes avides serrent un peu plus ces tré­sors sur les cœurs.
* * *
« S’il vous plaît, mes petites filles, le che­min de la cha­pelle Saint-​Loup ? »
Une femme est devant elles, un peu cour­bée sous la grande cape noire qu’elle tient bien close.
« La cha­pelle Saint-​Loup ?… Par là !… » lance Ninon dis­trai­te­ment, avec un geste de la tête pour mon­trer le grand chêne et tout ce coin-​là…
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Elle est déjà pas­sée. Elle n’a même pas regardé la femme : elle ne songe qu’à la crèche qu’elle veut faire « plus belle que celle des autres ». Com­ment donc entendrait-​elle l’humble requête de la dame : « Ne sauriez-​vous, enfants, me conduire jusque là ? »
Ninette aussi est pas­sée ; mais elle entend encore et se retourne à demi :
« C’est impos­sible, ma pauvre dame : il nous faut ren­trer avant la nuit ; et puis nous sommes char­gées… et lasses donc… Nous avons couru bien loin pour cher­cher de quoi faire notre crèche, voyez-​vous… et ce soir, il nous faut l’arranger, car cette nuit, c’est Noël, vous savez.
– Je sais… mur­mure l’inconnue, je sais… Mais je suis si lasse, moi aussi… et je ne connais pas le chemin. »
Ninette veut bien être polie, mais elle songe à sa crèche et s’impatiente : cette femme, après tout, elle est embêtante…
« Si j’avais le temps, je ne deman­de­rais pas mieux, Madame ; mais ce soir, je vous le dis, c’est impossible. »
Là-​dessus, tour­nant les talons, sans même la regar­der, Ninette l’abandonne et court pour rat­tra­per Ninon : il faut bien qu’elles fassent leur crèche, voyons…
Nina, elle, a levé ses beaux yeux pour cher­cher ceux de la dame ; et elle a vu qu’ils étaient clos…
« Oh, pauvre dame, vous n’y voyez plus ! murmure-​t-​elle avec com­pas­sion, je vais vous conduire. »
Le visage de l’inconnue se détend.
« Merci ! » dit-​elle doucement.
Et elle allonge la main pour cher­cher à tâtons celle de l’enfant. Alors, Nina-​la-​plus-​douce aban­donne sur le che­min tous les tré­sors qu’elle ser­rait farou­che­ment sur son cœur et conduit l’aveugle à pas pré­cau­tion­neux, veillant à lui signa­ler ornières et cailloux.
« Tes sœurs vont faire la crèche sans toi !… N’as-tu nul regret, mignonne ? »
Une ombre éteint le regard de Nina : elle s’était pro­mis tant de bon­heur à faire cette crèche !… Elle voyait déjà où on met­trait la mousse et le houx, et ce petit creux de rocher où glis­se­rait un brin de lierre… Elle voyait si bien !… Elle se pro­met­tait tant de plai­sir !… Et puis, voilà !… cette femme était passée…
Mais avant de répondre elle secoue sa petite tête pour la déli­vrer de cette amertume :
« Chut !… dit-​elle en sou­riant, je ne me le suis pas encore demandé, car Maman dit qu’il faut d’abord faire son devoir, et cher­cher seule­ment après si cela vous accommode… »
Un radieux sou­rire éclaire le visage de l’aveugle. Cepen­dant, elle se tait et Nina peut lui dire en confidence :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
« Je garde pré­cieu­se­ment deux per­venches trou­vées à l’abri d’une haie : j’apporterai tout de même quelque chose à la crèche… »
Mais elle n’achève point ; elle ne dit pas que ces deux fleurs, écloses mal­gré l’hiver, sont pré­cieuses à ses yeux d’enfant comme une terre nou­velle aux yeux de qui la découvre. Elle n’a point le temps de dire ces choses-​là, car elle a vu, sou­dain, l’inconnue ployer sous le poids mys­té­rieux du far­deau qu’elle tient caché sous sa mante…
« Don­nez, Madame ; confiez-​moi votre charge… »
La Dame s’est arrêtée :
« Saurais-​tu le por­ter, mignonne ?
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
– Ah ! je suis petite, mais mes bras sont solides. Et puis, ajoute-​t-​elle avec un léger sou­pir, s’il le faut, je lais­se­rai bien aussi mes deux per­venches afin d’avoir mes deux mains libres pour vous aider… »
Déjà la déli­cieuse petite fille tend ses deux mains vides, et l’inconnue, dou­ce­ment, écarte son vête­ment… Ses yeux s’ouvrent… son regard ten­dre­ment posé sur l’enfant dif­fuse une lumière caressante…
« Noël !… Noël !… » chantent en sour­dine les anges, mys­té­rieu­se­ment venus des quatre coins de l’horizon.
Et, des mains de la Vierge, Nina reçoit l’Enfant-Jésus dans ses bras…
… Le doux Petit Jésus qui sou­rit et tient dans ses doigts les deux per­venches de Nina.
Rose Dar­dennes.
Revenir en haut Aller en bas
jonathan
Administrateurs
Administrateurs
avatar

Date de naissance : 13/07/1944
Age : 73
Localisation : Aveyron / France

MessageSujet: Re: La crèche de Nina   Ven 28 Nov - 17:27

Merci pour ce beau conte


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Site "Puiser à la Source"  -   Blog Dimancheprochain -  Blog "Avec Jésus"
Revenir en haut Aller en bas
http://www.puiseralasource.org
 
La crèche de Nina
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cathojeunes :: Le coin Spirituel :: méditations...-
Sauter vers: