Cathojeunes
L'administrateur de ce forum propose la réouverture du forum pour le 15 août en le fête de Marie
Pour plus de détails, veuillez contacter l'administrateur de ce forum.













Cathojeunes

Lieu de partage et de réflexion pour les jeunes catholiques
 
AccueilPortailFAQS'enregistrerConnexion
Chapelle

ApparitionsMariales

Bible mp3

JesusMarie.com

Pensées du jour

Paroles Ste Thérèse

Pour Aujourd'hui

Saint du jour

Textes du jour

Psaume dans la ville

Liens Catholiques

Zenith

Mystères joyeux

Mystères lumineux

Mystères douloureux

Mystères glorieux

Rosaire Vidéos

Lourdes-Espérance

Laval - Fidélité

Lyon - R.C.F.

Québec-Sacré-Coeur

Québec-Radio Maria

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 6 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 6 Invités

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 45 le Mar 19 Aoû - 8:48

Partagez | 
 

 Textes et commentaires de la Parole en ce 31 janvier

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Liliane
Amis'es
Amis'es
avatar

Date de naissance : 26/10/1961
Age : 56
Localisation : Réunion

MessageSujet: Textes et commentaires de la Parole en ce 31 janvier   Mar 31 Jan - 5:11

mardi de la 4e semaine du temps ordinaire
:s11:


Deuxième livre de Samuel 18,9-10.14b.24-25a.30-33.19,1-3.

Absalon s'enfuyait après s'être heurté aux soldats de David. Il montait un mulet, et le mulet s'engagea sous la ramure d'un grand chêne. La tête d'Absalon se prit dans les branches, et il resta entre ciel et terre, tandis que le mulet continuait son chemin. Quelqu'un l'aperçut et avertit Joab : « Je viens de voir Absalon suspendu dans un chêne. » Joab prit trois javelots et les planta dans le cœur d'Absalon. David était assis à l'intérieur de la double porte de la ville. Un guetteur allait et venait sur la terrasse de la porte, au-dessus du rempart ; comme il regardait au loin, il aperçut un homme seul qui courait. Le guetteur cria pour avertir le roi, et le roi lui dit : « S'il est seul, c'est qu'il a une bonne nouvelle à nous annoncer. » le roi dit au messager : « Range-toi et tiens-toi là. » Il se rangea et attendit. Alors arriva un autre messager, un Éthiopien, qui annonça : « Bonne nouvelle pour mon seigneur le roi ! Le Seigneur t'a rendu justice aujourd'hui, il t'a délivré de tous ceux qui s'étaient dressés contre toi. » Le roi demanda : « Comment va le jeune Absalon ? » Et l'Éthiopien répondit : « Que tes ennemis aient le sort de ce jeune homme, comme tous ceux qui se sont dressés contre toi, mon Seigneur le roi, pour te faire du mal ! » Alors le roi fut bouleversé, il monta dans la salle au-dessus de la porte, et il se mit à pleurer. Tout en marchant, il disait : « Mon fils Absalon ! mon fils ! mon fils Absalon ! Pourquoi ne suis-je pas mort à ta place ? Absalon, mon fils ! mon fils ! » On alla prévenir Joab : « Voici que le roi pleure et se lamente sur Absalon. » La victoire, ce jour-là, se changea en deuil pour tout le peuple, car il apprit ce jour-là que le roi était dans l'affliction à cause de son fils.

:m5:

Psaume 86(85),1-2.3-4.5-6. [/u]
Écoute, Seigneur, réponds-moi,
car je suis pauvre et malheureux.
Veille sur moi qui suis fidèle, ô mon Dieu,
sauve ton serviteur qui s'appuie sur toi.

Prends pitié de moi, Seigneur,
toi que j'appelle chaque jour.
Seigneur, réjouis ton serviteur :
vers toi, j'élève mon âme !

Toi qui es bon et qui pardonnes,
plein d'amour pour tous ceux qui t'appellent,
écoute ma prière, Seigneur,
entends ma voix qui te supplie.




Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc 5,21-43. [/u]


Jésus regagna en barque l'autre rive, et une grande foule s'assembla autour de lui. Il était au bord du lac. Arrive un chef de synagogue, nommé Jaïre. Voyant Jésus, il tombe à ses pieds et le supplie instamment : « Ma petite fille est à toute extrémité. Viens lui imposer les mains pour qu'elle soit sauvée et qu'elle vive. » Jésus partit avec lui, et la foule qui le suivait était si nombreuse qu'elle l'écrasait. Or, une femme, qui avait des pertes de sang depuis douze ans... - Elle avait beaucoup souffert du traitement de nombreux médecins, et elle avait dépensé tous ses biens sans aucune amélioration ; au contraire, son état avait plutôt empiré -. . . cette femme donc, ayant appris ce qu'on disait de Jésus, vint par derrière dans la foule et toucha son vêtement. Car elle se disait : « Si je parviens à toucher seulement son vêtement, je serai sauvée. » A l'instant, l'hémorragie s'arrêta, et elle ressentit dans son corps qu'elle était guérie de son mal. Aussitôt Jésus se rendit compte qu'une force était sortie de lui. Il se retourna dans la foule, et il demandait : « Qui a touché mes vêtements ? » Ses disciples lui répondaient : « Tu vois bien la foule qui t'écrase, et tu demandes : 'Qui m'a touché ? ' » Mais lui regardait tout autour pour voir celle qui avait fait ce geste. Alors la femme, craintive et tremblante, sachant ce qui lui était arrivé, vint se jeter à ses pieds et lui dit toute la vérité. Mais Jésus reprit : « Ma fille, ta foi t'a sauvée. Va en paix et sois guérie de ton mal. » Comme il parlait encore, des gens arrivent de la maison de Jaïre pour annoncer à celui-ci : « Ta fille vient de mourir. A quoi bon déranger encore le Maître ? » Jésus, surprenant ces mots, dit au chef de la synagogue : « Ne crains pas, crois seulement. » Il ne laissa personne l'accompagner, sinon Pierre, Jacques, et Jean son frère. Ils arrivent à la maison du chef de synagogue. Jésus voit l'agitation, et des gens qui pleurent et poussent de grands cris. Il entre et leur dit : « Pourquoi cette agitation et ces pleurs ? L'enfant n'est pas morte : elle dort. » Mais on se moquait de lui. Alors il met tout le monde dehors, prend avec lui le père et la mère de l'enfant, et ceux qui l'accompagnent. Puis il pénètre là où reposait la jeune fille. Il saisit la main de l'enfant, et lui dit : « Talitha koum », ce qui signifie : « Jeune fille, je te le dis, lève-toi ! » Aussitôt la jeune fille se leva et se mit à marcher - elle avait douze ans. Ils en furent complètement bouleversés. Mais Jésus leur recommanda avec insistance que personne ne le sache ; puis il leur dit de la faire manger.
aelf.org
:f4:


Commentaire du jour
Bienheureux Jean-Paul II
Discours aux jeunes du Chili, 02/04/1987 (trad. DC n°1939, p. 481)

« L'enfant n'est pas morte : elle dort »


Chers jeunes, l'avenir dépend de vous ; de vous dépendent l'achèvement de ce millénaire et le commencement du nouveau. Ne soyez donc pas passifs : assumez vos responsabilités dans tous les domaines qui s'ouvrent à vous dans notre monde... Prenez vos responsabilités ! « Soyez prêts », animés par la foi dans le Seigneur, « à rendre compte de l'espérance qui est en vous » (1P 3,15)... Quel est le motif de votre confiance ? Votre foi, la reconnaissance et l'acceptation de l'immense amour que Dieu montre continuellement pour les hommes... Jésus Christ « le même hier et aujourd'hui et pour l'éternité » (He 13,8) continue à montrer aux jeunes le même amour que décrit l'Évangile quand il ren-contre un ou une jeune.

Ainsi nous pouvons contempler la résurrection de la fille de Jaïre, qui « avait douze ans »... Jaïre expose sa peine au Maître avec franchise ; avec insistance, il supplie son cœur : « Ma fille est près de mourir ; viens lui imposer les mains pour qu'elle guérisse et qu'elle vive ». « Jésus s'en alla avec lui. » Le cœur du Christ, qui s'émeut devant la douleur humaine de cet homme et de sa fille, ne demeure pas indifférent devant nos souffrances. Le Christ nous écoute toujours, mais il nous demande de recourir à lui avec foi... Tous les gestes et toutes les paroles du Seigneur expriment cet amour.

Je voudrais m'arrêter particulièrement sur les paroles recueillies des lèvres mêmes de Jésus : « L'enfant n'est pas morte : elle dort ». Ces paroles profondément révélatrices m'incitent à penser à la mystérieuse présence du Seigneur de la vie dans un monde qui semble avoir succombé à l'impulsion éhontée de la haine, de la violence et de l'injustice. Mais non, ce monde, qui est le vôtre, n'est pas mort, mais il dort. Dans votre cœur, chers jeunes, on perçoit le battement fort de la vie, de l'amour de Dieu. La jeunesse n'est pas morte quand elle est proche du Maître. Oui, quand elle est proche de Jésus : vous êtes tous proches de Jésus. Écoutez toutes ses paroles, toutes les paroles, tout. Jeune, aime Jésus, cherche Jésus. ren-contre Jésus.




©️Evangelizo.org 2001-2010
:f6:
du site : Avec Marie pour Jésus

Revenir en haut Aller en bas
http://vasedargile.centerblog.net/
nat
Amis'es
Amis'es
avatar

Date de naissance : 21/01/1971
Age : 46
Localisation : Ile Maurice

MessageSujet: Re: Textes et commentaires de la Parole en ce 31 janvier   Mar 31 Jan - 8:30

Le Christ nous écoute toujours, mais il nous demande de recourir à lui avec foi... Tous les gestes et toutes les paroles du Seigneur expriment cet amour
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Textes et commentaires de la Parole en ce 31 janvier   Mar 31 Jan - 12:23

Mardi 31/1/2012
4ième semaine du Temps Ordinaire

Saint Jean Bosco, Prêtre
(Couleur liturgique : Blanc)
Année B





Évangile de JÉSUS-CHRIST selon Saint Marc 5 : 21à43


Résurrection d’une petite fille et guérison d’une femme



Évangile + commentaire (audio)
http://www.radio-fidelite.com/evangcom.php?jour=31


You need to install or upgrade Flash Player to view this content, install or upgrade by clicking here.



Lien vidéo :
http://webtvcn.fr/?p=49262

Vu et écouté sur le site :
http://www.webtvcn.eu/









Amicalement, fraternellement
Nicolas
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Textes et commentaires de la Parole en ce 31 janvier   

Revenir en haut Aller en bas
 
Textes et commentaires de la Parole en ce 31 janvier
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cathojeunes :: Le coin Spirituel :: Etudes de l'Evangile-
Sauter vers: