Cathojeunes
L'administrateur de ce forum propose la réouverture du forum pour le 15 août en le fête de Marie
Pour plus de détails, veuillez contacter l'administrateur de ce forum.













Cathojeunes

Lieu de partage et de réflexion pour les jeunes catholiques
 
AccueilPortailFAQS'enregistrerConnexion
Chapelle

ApparitionsMariales

Bible mp3

JesusMarie.com

Pensées du jour

Paroles Ste Thérèse

Pour Aujourd'hui

Saint du jour

Textes du jour

Psaume dans la ville

Liens Catholiques

Zenith

Mystères joyeux

Mystères lumineux

Mystères douloureux

Mystères glorieux

Rosaire Vidéos

Lourdes-Espérance

Laval - Fidélité

Lyon - R.C.F.

Québec-Sacré-Coeur

Québec-Radio Maria

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 3 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 3 Invités

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 45 le Mar 19 Aoû - 8:48

Partagez | 
 

 Textes et commentaires en ce 22ème dimanche du Temps Ordinaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
maryline
Amis'es
Amis'es
avatar

Date de naissance : 06/10/1965
Age : 51
Localisation : outremer

MessageSujet: Textes et commentaires en ce 22ème dimanche du Temps Ordinaire    Dim 28 Aoû - 4:50

Evangile : Le disciple du Christ doit souffrir avec son Maître (Mt 16, 21-27)


Acclamation : Alléluia. Alléluia. Que le Père de notre Seigneur Jésus Christ illumine nos cœurs : qu'il nous fasse voir quelle espérance nous ouvre son appel. Alléluia. (cf. Ep 1, 17-18)
Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu
Pierre avait dit à Jésus :
« Tu es le Messie, le Fils du Dieu vivant.» A partir de ce moment, Jésus le Christ commença à montrer à ses disciples qu'il lui fallait partir pour Jérusalem, souffrir beaucoup de la part des anciens, des chefs des prêtres et des scribes, être tué, et le troisième jour ressusciter. Pierre, le prenant à part, se mit à lui faire de vifs reproches : « Dieu t'en garde, Seigneur ! cela ne t'arrivera pas. »Mais lui, se retournant, dit à Pierre : « Passe derrière moi, Satan, tu es un obstacle sur ma route ; tes pensées ne sont pas celles de Dieu, mais celles des hommes. »

Alors Jésus dit à ses disciples : « Si quelqu'un veut marcher derrière moi, qu'il renonce à lui-même, qu'il prenne sa croix et qu'il me suive. Car celui qui veut sauver sa vie la perdra, mais qui perd sa vie à cause de moi la gardera. Quel avantage en effet un homme aura-t-il à gagner le monde entier, s'il le paye de sa vie ? Et quelle somme pourra-t-il verser en échange de sa vie? Car le Fils de l'homme va venir avec ses anges dans la gloire de son Père ; alors il rendra à chacun selon sa conduite.
»

©AELF



Commentaire: REDACTION evangéli.net (réalisé à partir de textes de Benoît XVI) (Città del Vaticano, Saint-Sige)

La tentation de la "réussite", sans la croix

Aujourd'hui, Jésus applique la prophétie de Zacharie, qui avait fait allusion à une vision mystérieuse d'un Messie qui souffre la mort. Jésus-Christ donne une forme concrète à cette vision, dirigée vers un avenir inconnu. Toutefois, la prophétie de l'adversité suit immédiatement la promesse du salut. Jésus, en passant par la mort, vivra à nouveau.

Jésus Ressuscité, le Pasteur qui s'inscrit pleinement dans le voyage de la mort guidé par le chemin de la vie. Mais Pierre ne regarde pas la
prophétie de la résurrection et ne reçoit que l'annonce de la mort. Par opposition à la Croix, il ne peut pas comprendre le mot "résurrection"
et aimerait la réussite sans la croix.






jackydubearn.fr
Revenir en haut Aller en bas
http://jesus-marie.forumactif.com/
Liliane
Amis'es
Amis'es
avatar

Date de naissance : 26/10/1961
Age : 55
Localisation : Réunion

MessageSujet: Re: Textes et commentaires en ce 22ème dimanche du Temps Ordinaire    Dim 28 Aoû - 5:08

"Qu'il prenne sa croix, et qu'il me suive"

Mt 16,24-27




L'Évangéliste ne s'est pas trompé en rapportant ces quelques paroles de Jésus juste après la première annonce de la Passion; car ces paroles de Jésus sont autant d'appels à la loyauté et à la générosité en des circonstances qui exigent beaucoup de courage et d'abnégation. La passion des disciples est ainsi replacée d'avance dans l'axe spirituel de la Passion du Maître, et Jésus, à partir de ce moment-là, commence à réclamer, de plus en plus souvent, non plus seulement l'adhésion à sa doctrine, mais un attachement inconditionnel à sa personne.

"Si quelqu'un veut venir derrière moi, qu'il se renie lui-même et prenne sa croix, et qu'il me suive!"

"Si quelqu'un veut venir"... Jésus souligne bien qu'il ne contraint personne. Il invite; puis il passe devant, sans se retourner pour voir s'il est suivi, parce qu'il ne veut pas douter de notre amour. La liberté reste entière, et nous pourrons, aussi souvent que nous le voudrons, manquer notre heure.

Mais si nous voulons vraiment marcher derrière lui, trois attitudes sont requises de nous: deux d'entre elles impliquent des ruptures: se renier, prendre sa croix; et la troisième sera une relation durable de disciple à Maître, étalée sur le temps de toute une vie : suivre Jésus.

"Prendre sa croix" est une image, mais l'image va loin: à l'horizon se profilent les gibets, que l'on connaissait trop bien à Jérusalem depuis le début de l'occupation romaine.

Prendre sa croix aujourd'hui, c'est accepter pour demain, s'il le faut, de prendre des risques par amour pour le Christ, mais en sachant que Celui qui marche devant a assumé le premier l'existence risquée qu'il nous offre, sans autre raison que son amour pour nous.

Et celui qui prend sa croix commence à vivre, en suivant le Maître, une étrange folie qui est la plus douce des sagesses.

Il se met à perdre l'avoir, le valoir, le pouvoir; il se perd lui-même des yeux, n'ayant de regard que pour Celui qui marche devant. Il perd "son âme" (sa nefesh), c'est-à-dire sa vie liée à un corps, mais surtout l'autonomie de son moi volontaire, capable de vibrer à tout bonheur.

Il perd sa vie, sans rien tuer en lui-même, mais en vivant son temps d'homme au compte de Dieu.

Il perd sa vie en tant que sienne, parce qu'il laisse Dieu libre de la prendre pour la survolter ou pour l'enfouir, pour en faire une parole ou un silence.

Et voilà "l'admirable échange": l'homme s'est fait perdant et il a gagné; il s'est laissé gagner par Dieu.


Souvent il a perdu ce qui fait courir le monde; mais il a trouvé son âme, il a trouvé sa vie, il s'est trouvé lui-­même en Dieu et selon Dieu, il a trouvé Dieu.

Il ne servirait à rien de laisser dans le monde une traînée de puissance: ce que le Christ nous demande, c'est de creuser un sillon de bonté, et d'aller à Dieu par le chemin de l'amour, et donc du don de soi. La suite du Christ pauvre de lui-même implique pour nous une nouvelle relation à l'œuvre de nos mains et à la durée de notre propre vie: "Fais-nous savoir comment compter nos jours; que nous venions de cœur à la sagesse! "(Ps 90,12)

Il ne s'agit pas d'une perception maladive du temps qui passe et qui s'écoule, mais il s'agit d'insérer notre vie chaque jour dans le projet de Dieu, de décréter pour nous l'état d'urgence, car "l'amour du Christ est urgent" pour nous et pour le monde.

Toutefois, avant même de mobiliser nos forces vives, l'essentiel est de laisser faire Dieu, de laisser Dieu Trinité nous aimer autant qu'il veut nous aimer; car il veut être en nous la source de tout don, de toute réponse, de toute fidélité, comme il est déjà la source de la vie éternelle.



L'Esprit est là, qui murmure en nous: "Viens vers le Père!" et qui nous montre chaque jour Jésus marchant sur la route, là, devant nous, tout près,

sans se retourner.

j.leveque-ocd
Revenir en haut Aller en bas
http://vasedargile.centerblog.net/
 
Textes et commentaires en ce 22ème dimanche du Temps Ordinaire
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cathojeunes :: Le coin Spirituel :: Etudes de l'Evangile-
Sauter vers: